Accueil > Actions > Procès des bloqueurs d’uranium à Narbonne - 1e audience au TGI.

Procès des bloqueurs d’uranium à Narbonne - 1e audience au TGI.

Le 12 septembre 2013, quarante personnes du collectif STOP-Uranium ont bloqué un camion de tétrafluorure d’uranium pour dénoncer les risques des convois radioactifs. Seule une militante a été inculpée. À l’occasion de son procès le 7 janvier, le Réseau "Sortir du nucléaire" réaffirme son soutien à toutes les personnes qui ont participé à l’action – dont 23 demandent leur comparution volontaire, expliquant leur démarche dans une lettre ouverte. Il dénonce également les dangers liés aux transports de matières radioactives qui sont réalisés dans l’opacité la plus totale.

L’audience pour juger la militante inculpée - qui risque deux ans de prison et 4500 euros d’amende - a eu lieu ce mardi 7 janvier au matin. Elle était accompagnée des 23 comparants volontaires. Fait assez rare, le procureur a pris en compte le nombre important de comparants volontaires et demandé un renvoi de l’affaire pour étudier si ceux-ci avaient effectivement participé à l’action. La juge a elle aussi estimé que le procès ne pouvait être jugé en l’état et appelé tous les comparants volontaires à la barre. L’affaire est renvoyée au 20 février 2014 à 8h30, pour que le dossier puisse être jugé sur le fond. D’ici là, des investigations auront lieu.


Nous espérons que cette décision permette la reconnaissance du caractère collectif et politique de cette action, que les militants seront acquittés à l’issue de cette prochaine audience et que la justice reconnaîtra l’état de nécessité qui a justifié cette action face aux risques des transports radioactifs. Le Réseau “Sortir du nucléaire“ renouvelle son soutien aux militants qui ont participé à l’action. Face au poids écrasant d’une industrie nucléaire dangereuse et opaque, la désobéissance civile est légitime et les militants devraient bénéficier d’une relaxe en tant que lanceurs d’alerte.

Un rassemblement de soutien a eu lieu le jour du procès (photos ci-dessous).

Le Collectif Stop uranium a également reçu des communiqués de soutien de : (par ordre chronologique de réception) José Bové, Ensemble, NPA, Ligue des droits de l’Homme Bassin de Thau.


REVUE DE PRESSE

  • L’article de l’Indépendant du 8 janvier 2014

Portfolio

Pour nous soutenir, rendez vous sur cette page.